Conseils pour définir le loyer d’un bien en location meublée

En principe le loyer d’un meublé peut être fixé librement par le propriétaire en tenant compte de la localisation du bien et de la qualité du mobilier. En zone tendue, le loyer peut se trouver encadré si le logement constitue la résidence principale du locataire ou fait l’objet d’un bail mobilité.

location meublée :  définir le loyer

Un propriétaire bailleur qui souhaite louer son logement en meublé va donc fixer son loyer en tenant compte de plusieurs éléments.

La localisation : étudier les loyers des meublés similaires du quartier

La localisation du logement est le premier élément à prendre en compte pour la fixation du loyer. Il faut observer les loyers habituellement pratiqués dans le voisinage pour des biens similaires, c’est-à-dire des biens ayant le même nombre de pièces, sachant que l’agencement et la fonctionnalité du logement sont très importants en location meublée, plus que le nombre de m².
Ensuite, il faut avoir conscience que les changements de locataires sont plus fréquents. Il est donc important de s’assurer auprès d’acteurs spécialisés dans la location meublée, que le loyer envisagé, suite à cette première observation du marché, permettra de retrouver facilement des locataires et d’éviter une vacance trop importante qui impacterait la rentabilité du bien.

Un loyer plus élevé grâce à des équipements et du mobilier de qualité

Le deuxième élément essentiel dans la fixation du loyer en location meublée, est la qualité des équipements et du mobilier. Un appartement meublé avec un mobilier moderne et homogène se louera en moyenne 15% de plus que le même bien équipé de bric et de broc.
Les locataires sélectionnent le plus souvent leur futur logement à partir de photos sur internet. Pour louer facilement son appartement meublé , il faut trouver la bonne adéquation entre le quartier, le standing de l’appartement et la qualité du mobilier. Il faut aussi que la cuisine et la salle de bains soient en parfait état, les locataires étant très sensibles à l’état de ces pièces.

Encadrement des loyers en zones tendues

Encadrement des loyers à la relocation

Si le logement loué est situé dans une zone tendue (la liste des communes se trouvant en zone tendue est fixée par le décret n°2013-392 du 10 mai 2013) : le loyer ne peut pas être supérieur au dernier loyer appliqué au précédent locataire, sauf si celui-ci a quitté le logement depuis plus de 18 mois. Le propriétaire peut toutefois procéder à une augmentation du loyer s’il a réalisé récemment d’importants travaux ou encore si le précédent loyer était manifestement sous-évalué. Pour en savoir plus (lien vers article sur l’encadrement des loyers à la relocation)

Encadrement issu de la loi ELAN

Depuis l’entrée en vigueur de la loi, les communes situées en zone tendue peuvent décider d’encadrer les loyers. Le principe de cet encadrement est simple : le bailleur est tenu de ne pas dépasser un loyer de référence majoré qui est fixé en fonction du type du logement (vide ou meublé, nombre de pièces), de sa localisation et de l’année de construction de l’immeuble.
Aujourd’hui, ce dispositif ne s’applique qu’à Paris depuis le 1er juillet 2019. Pour connaître le montant des loyers de référence à Paris une carte interactive a été mise en place : à découvrir sur le site de la DRIHL Ile de France.
Un complément de loyer peut toutefois être mis en place si le logement présente des caractéristiques de localisation ou de confort par comparaison avec les logements de la même catégorie situés dans le même secteur géographique. Pour en savoir plus sur l’encadrement des loyers suite à la loi ELAN.

Gestion locative : Comment fixer le loyer et les charges ?

Les commentaires sont fermés.