Suivez-nous !

Nouveau loueur en meublé ?
pictogramme hotline Un conseiller LMNP répond à vos questions !

Vous souhaitez louer un bien meublé et vous vous interrogez sur la manière de calculer le loyer ? En principe, le loyer d'un meublé peut être fixé librement par le propriétaire en tenant compte de la localisation du bien et de la qualité du mobilier, mais ce ne sera pas toujours le cas. En effet, si le logement se trouve en zone tendue, le loyer pourra se trouver encadré si le logement constitue la résidence principale du locataire ou fait l'objet d'un bail mobilité. Pour vous aider à y voir plus clair, nous vous présentons dans cet article les règles et bonnes pratiques à observer au moment de fixer le prix d’une location meublée.

Que faut-il prendre en compte pour fixer le loyer d’un bien meublé ?

Pour déterminer les bases de calcul et avoir une bonne visibilité sur les prix qu’il vous sera possible de pratiquer pour la location de votre bien meublé, deux critères particulièrement importants seront à prendre en compte : la localisation du bien et la qualité des équipements proposés.

La localisation du bien meublé et le prix des biens similaires

La localisation du logement est le premier élément à prendre en compte pour la fixation du loyer. Une bonne pratique consiste donc à observer les loyers habituellement pratiqués dans le voisinage pour des biens similaires, c'est-à-dire des biens ayant le même nombre de pièces, sachant que l'agencement et la fonctionnalité du logement sont très importants en location meublée, davantage que la surface.

Ensuite, il faut avoir conscience que les changements de locataires sont plus fréquents. Il est donc important de s'assurer auprès d'acteurs spécialisés dans la location meublée, que le loyer envisagé, à la suite de cette première observation du marché, permettra de retrouver facilement des locataires et d'éviter une vacance trop importante qui impacterait la rentabilité du bien.

À ce titre, l’étude ainsi menée ne sera pas la même si vous louez sur la longue durée ou si vous envisagez de pratiquer une activité de location de courte durée, pour laquelle d’autres facteurs, comme la saisonnalité, seront à prendre en compte pour fixer le prix de votre location touristique.

loyer parisien meuble

L’importance des équipements dans le calcul du prix du loyer

Le deuxième élément essentiel dans la fixation du loyer en location meublée, est la qualité des équipements et du mobilier. Un appartement meublé avec un mobilier moderne et homogène se louera en moyenne 15% de plus que le même bien équipé de bric et de broc. Et cela vaut à plus forte raison en location saisonnière, pour lesquelles les prix peuvent être jusqu’à 30% plus élevés dans le cas de logements très bien équipés.

De plus, les locataires sélectionnent le plus souvent leur futur logement à partir de photos sur internet, ce qui renforce le rôle du mobilier dans le processus de location, qu’il s’agisse d’une location de longue ou de courte durée.

Pour louer facilement votre appartement meublé, il vous faudra donc trouver la bonne adéquation entre le quartier, le standing de l'appartement et la qualité du mobilier. Il faut aussi que la cuisine et la salle de bains soient en parfait état, les locataires étant très sensibles à l'état de ces pièces.

Si ces éléments sont à prendre en compte pour fixer le loyer de n’importe quel bien meublé, il ne faudra pas omettre de respecter des règles supplémentaires qui s’appliqueront si le logement meublé est situé en zone tendue.

Attention aux règles d’encadrement des loyers en zone tendue

Les zones tendues se définissent comme des parties du territoires marquées par un fort déséquilibre entre l’offre et la demande de location meublée, dans lesquelles les prix à la location sont souvent particulièrement élevés en raison de ce déséquilibre. En conséquence, certaines règles spécifiques s’appliquent pour les bailleurs et influencent la manière de fixer, ou de réviser le loyer à la relocation.

Comment savoir si mon bien est situé en zone tendue ?

La liste des communes se trouvant en zone tendue a été fixée par le décret n°2013-392 du 10 mai 2023, puis modifiée par le décret n°2023-822 du 25 août 2023.

Pour simplifier votre recherche, vous pouvez utiliser l’outil de recherche mis à votre disposition pour le site service-public.fr, en renseignant simplement le nom de votre commune ou votre code postal.

Quelles sont les règles spécifiques aux loyers en zone tendue ?

L’encadrement des loyers issu de la loi ELAN

Depuis l'entrée en vigueur de la loi ELAN du 23 novembre 2018, les communes situées en zone tendue peuvent décider d'encadrer les loyers. Le principe de cet encadrement est simple : le bailleur est tenu de ne pas dépasser un loyer de référence majoré qui est fixé en fonction du type du logement (vide ou meublé, nombre de pièces), de sa localisation et de l'année de construction de l'immeuble.

Aujourd'hui, ce dispositif s'applique déjà :

  • À Paris depuis le 1er juillet 2019, pour connaître le montant des loyers de référence à Paris une carte interactive a été mise en place, à découvrir sur le site de la DRIHL Ile de France.
  • À Lille depuis le 1er mars 2020 ;
  • Sur le territoire de l’établissement public territorial Plaine Commune (Aubervilliers, La Courneuve, Épinay-sur-Seine, L’Île-Saint-Denis, Pierrefitte-sur-Seine, Saint-Denis, Saint-Ouen-sur-Seine, Stains et Villetaneuse) depuis le 20 décembre 2020 ;
  • Sur le territoire de l’établissement public territorial Est Ensemble (Romainville, Bagnolet, Bobigny, Bondy, Les Lilas, Montreuil, Noisy-le-Sec, Le Pré-Saint-Gervais et Pantin) depuis le 1er juin 2021 ;
  • Sur les territoires des communes de Lyon et de Villeurbanne, de la commune de Montpellier et de la commune de Bordeaux depuis le mois de juillet 2022.

Un complément de loyer peut toutefois être mis en place si le logement présente des caractéristiques de localisation ou de confort par comparaison avec les logements de la même catégorie situés dans le même secteur géographique. Mais depuis la loi pour le pouvoir d’achat du 16 août 2022, il n'est plus possible de prévoir un complément de loyer pour les logements de faible standing ou présentant une faible performance énergétique (logements classés F et G).

À noter : Tous les logements ne sont pas concernés par ces règles d’encadrement des loyers, comme les logements soumis à la loi de 1948, conventionnés par l’ANAH, les logements sociaux, ou encore les locations touristiques.

Bon à savoir :
Il reste toutefois possible de procéder chaque année à la révision annuelle du loyer en vertu de l’indice de référence des loyers. Pour tout connaître de ce procédé, consultez notre article dédié à la révision du loyer d’une location meublée.

L’encadrement des loyers à la relocation en zone tendue

Si votre logement se trouve dans une zone tendue, il vous faudra garder à l’esprit que vous ne pourrez pas modifier librement le prix du loyer entre deux mises en location. En effet, dans une telle zone, le loyer ne peut pas être supérieur au dernier loyer appliqué au précédent locataire. Toutefois, quelques exceptions sont prévues dans certains cas précis :

  • Le dernier locataire a quitté le logement depuis plus de 18 mois ;
  • Le dernier loyer était manifestement sous-évalué ;
  • D’importants travaux ont récemment été réalisés dans le bien.

Attention, ces exceptions sont cependant elles-mêmes soumises à des règles, évolutives selon les situations, qui ne permettent pas au bailleur d’augmenter le loyer comme bon lui semble.

À titre d’exemple, la révision du prix du loyer en conséquence d’un loyer sous-évalué ne pourra pas donner lieu à une augmentation supérieure à la moitié de la différence entre le prix normal du marché et le loyer payé par l’ancien locataire.

Cas pratique :

Un logement est loué pour un loyer de 600 €, alors que la moyenne des loyers pour un logement équivalent se situe aux environs de 1 100 €. Le nouveau loyer sera alors calculé comme suit : Ancien loyer + [(Loyer moyen – Ancien loyer) ÷ 2].

Soit, selon notre exemple : 600 + [(1100 – 600) ÷ 2]

L’augmentation maximum sera alors de 250 €, soit la moitié de la différence entre les deux prix, pour un nouveau loyer d’un montant maximum de 850 €

Bon à savoir :
Si vous souhaitez réviser le loyer d'un logement meublé, qui ne constitue pas la résidence principale du locataire, les règles sont différentes. Consultez les règles pour les baux LMNP en résidence secondaire pour en savoir plus !

Découvrez nos modèles de baux de location meublée gratuits et louez votre logement meublé en toute sécurité !

Sources: Décret n°2023-822 du 25 août 2023 sur www.legifrance.gouv.fr

Miniature Baptiste BOCHART Article rédigé par Baptiste BOCHART

Des conseillers à votre écoute

L’équipe JD2M est disponible pour répondre à vos questions

par téléphone au +33 (0)1 70 39 10 60
par e-mail en remplissant un formulaire de contact.

Contactez-nous par e-mail
Nouveau loueur en meublé ?

Avez-vous pensé à immatriculer votre activité de Loueur en Meublé ? Cette démarche est obligatoire et doit être accompli dans les 15 jours suivants votre début d'activité.

Immatriculez votre activité
Nos offres

Bénéficiez de notre aide tout au long de l’année pour éviter le stress du mois de mai (offres compatibles si vous êtes non résident).

Dès 130€ TTC après réduction d’impôt !

Découvrez nos offres
Le support de formation du loueur en meublé

Tout ce qu’il faut savoir avant de démarrer son projet immobilier.

Obtenez-le gratuitement
Modèles de contrats pour location meublée

Nos modèles types de baux de location meublée sont rédigés par notre experte juridique et entièrement personnalisables.

Accédez à nos modèles type
Avis clients
  • 4.8 / 5

Note moyenne donnée par 71 896 clients

Consultez tous les avis


Lire aussi...